Ce navigateur est obsolète. Veuillez utiliser un autre navigateur afin de profiter pleinement de notre site internet.
Un chariot électrique X35 dans un entrepôt d’EOT
La génération X

Le chariot électrique X35 en action chez EOT

Les trois propriétés clés d’un chariot frontal ? Pour les logisticiens d’Eibach Oberflächentechnik GmbH (EOT) à Lüdenscheid, en Allemagne, la réponse est évidente : la puissance, la puissance et la puissance. Dans le cadre d’un test de terrain, le nouveau Fenwick X35 a démontré de manière convaincante qu’un chariot électrique peut parfaitement offrir cette puissance, même dans des conditions très difficiles.

Il y a certaines qualités que l’on ne devrait jamais perdre au cours de sa vie (professionnelle). L’une d’elles est la capacité à se laisser surprendre. On réalise une tâche de cette manière ou d’une autre parce que l’on a toujours procédé ainsi... jusqu’à ce que quelqu’un arrive avec une nouvelle idée. Et après le premier, le deuxième et le troisième essai, dans le meilleur des cas, l’on n’est plus seulement surpris, mais aussi convaincu. Qu’est-ce que cela a à voir avec la logistique ? Posons la question à Tobias Pietschmann. En tant que directeur des expéditions, il gère la logistique de l’entreprise de revêtement de surface EOT : « Pour être honnête, nous n’aurions jamais imaginé qu’un chariot électrique puisse être aussi puissant qu’un thermique. Avec le nouveau X35 de Fenwick, nous avons totalement changé d’avis. » Une déclaration qui nous plaît, et qui donne envie de connaître toute l’histoire qui se cache derrière.

Quand chaque camion est une pochette surprise

Lüdenscheid, au nord-ouest du Sauerland : certains la connaîtront sous le nom de « Bergstadt », d’autres sous celui de « ville de la lumière » en référence à l’industrie des lampes et luminaires qui y trouve ses origines. En revanche, tous ceux qui travaillent dans le domaine de l’industrie automobile, dans le secteur maritime ou dans celui des éoliennes associeront probablement Lüdenscheid à l’une de ses compétences clés : la fabrication d’une protection anticorrosion fiable et durable. Et c’est de là qu’est née la maison EOT. Depuis 1981, cette entreprise spécialisée dans le revêtement de surface améliore différents produits utilisés dans les secteurs cités ainsi qu’une multitude d’autres. « Vis, rondelles, charnières de portes, ressorts, attaches, boulons : en fait, nous traitons presque tout ce que nous demandent les clients », résume Steffen Roll, directeur technique et fondé de pouvoir. Et les clients demandent beaucoup de choses.

En période de pic d'activité, 60 camions de marchandises sont déchargés ici chaque jour, et ce sont 300 tonnes de produits ou plus qui sont transportées en 24 heures. EOT étant principalement reconnue sur le marché pour ses délais de traitement et de livraison extrêmement réduits, la réussite de l’entreprise de Lüdenscheid repose, cela va sans dire, sur une logistique hautement performante. Tobias Pietschmann, directeur des expéditions, explique : « Les clients nous livrent leurs pièces, puis nous les déchargeons, les consignons, effectuons le revêtement, réalisons des tests et les pièces finies sont enfin renvoyées. Mais nos caristes ne savent souvent même pas quel type de marchandise se cache dans les camions qui arrivent : une palette peut peser 200 kg, et un bac 1,5 tonne. Cette “pochette surprise” ne facilite évidemment pas la manutention. Pourtant, nous ne devons absolument pas perdre de temps. »

Un chariot électrique X35 Fenwick manutentionne des marchandises dans l’entrepôt d’EOT

Puissance maximale

Et le temps, c’est de l’argent et de la satisfaction client : il n’est donc pas surprenant que les responsables logistiques d’EOT ne souhaitent faire aucune concession en termes de puissance pour les chariots de transbordement. Tobias Pietschmann affirme : « Pour nous, les chariots thermiques ont toujours été le premier choix, ici avec du GPL. Nous ne pouvions tout simplement pas imaginer des chariots électriques pour cette tâche, avec des tonnages importants et un fonctionnement sur deux équipes. Accepter des temps d’arrêt à cause de longues recharges ou de changements de batterie ? Inenvisageable. » Puis le nouveau Fenwick X35 est arrivé dans la cour, et EOT l’a testé dans le cadre d’un test de terrain avant son lancement sur le marché. « Comment vous dire : nous n’en avons pas cru nos yeux », se souvient-il. Après seulement quelques heures d'utilisation, le scepticisme initial, qu'un chariot électrique puisse être aussi puissant qu’un chariot thermique classique a disparu.

En savoir plus sur la nouvelle série de chariots électriques X20 – X35 Fenwick

Frank Wille, collègue de Tobias Pietschmann et directeur adjoint des expéditions, rapporte les nouvelles du terrain : « Au volant du chariot élévateur, vous le remarquez tout de suite : pendant la levée, il n’abandonne jamais, même lorsque l’on atteint la limite. Les tâches sont réalisées extrêmement vite, il n’y a pas le moindre retard. Et nos équipes adorent le conduire. » Grâce à cette puissance, le déchargement du camion est tout aussi rapide qu’avec le chariot élévateur au gaz, mais sans le fastidieux changement de bouteille de gaz après chaque équipe. « Cela nous permet de gagner du temps, et bien sûr aussi de réduire nos coûts de fonctionnement », se réjouit le fondé de pouvoir Steffen Roll, en ajoutant : « D’autant plus qu’ici, nous exploitons deux centrales thermiques qui génèrent de l’électricité à partir des échappements de notre production. Nous rechargeons donc le X35 sans coûts additionnels. Impossible de faire mieux. » Par ailleurs, le X35 exploite son énergie avec une telle efficience que les employés peuvent l’utiliser sur deux équipes sans le moindre problème, et de brèves pauses de recharge, par exemple pendant la consignation, suffisent amplement.

Un pack complet adapté

Force de traction, efficience, respect de l’environnement, optimisation des coûts d’entretien par une maintenance réduite : que peut offrir d’autre cette nouvelle catégorie de puissance pour chariots électriques ? Comme toujours chez Fenwick : une ergonomie et une sécurité exceptionnelles. Frank Wille, collègue de Tobias Pietschmann, explique : « Nos collaboratrices et collaborateurs peuvent comparer directement avec les chariots existants et alternent au quotidien. Nous avons déjà des retours : la cabine est plus grande, nous avons davantage de liberté de mouvement et nous voyons mieux à travers la grande vitre. » Cette visibilité améliorée est un facteur de sécurité clé pour EOT, car dans l’entrepôt de 2 000 mètres carrés, les allées sont parfois très étroites. « Cela fonctionne parfaitement avec le nouveau chariot Fenwick. On sent également qu’il est beaucoup plus maniable grâce à son empattement réduit. » La prochaine acquisition de Lüdenscheid portera-t-elle donc le nom de X35 ? « Si cela ne tenait qu’à notre équipe, sans le moindre doute », plaisante le directeur des expéditions Tobias Pietschmann. « Ils ne veulent même plus le rendre. Mais sérieusement : ici, nous tenons beaucoup à la puissance, et nous n’aurions jamais imaginé de convertir la logistique à l’électrique. Avec le X35, nous avons déjà pu envisager de passer entièrement à l’électrique et au lithium-ion. » Il semblerait donc que nous ayons fait des convaincus...

Le chariot électrique X35 de Fenwick décharge un camion.

Eibach Oberflächentechnik GmbH (EOT)

Une protection anticorrosion fiable, une flexibilité maximale : c’est avec ce profil de compétences qu’Eibach Oberflächentechnik GmbH, entreprise implantée à Lüdenscheid, en Rhénanie-du-Nord–Westphalie, se distingue sur le marché depuis 1981. Cette entreprise de service applique des revêtements de surface haut de gamme sur diverses pièces de l’industrie automobile, de la construction ou du secteur maritime ou des éoliennes, et est même devenue leader en Europe depuis peu. Pour la logistique, EOT mise sur huit chariots élévateurs Fenwick, qui jusqu’à maintenant étaient alimentés par du gaz et sont notamment équipés du système de sécurité Fenwick Load Control / Active en raison de la grande variabilité des marchandises.